Plutarque

Le chat et Plutarque

Dans le Traité d’Isis et d’Osiris, Plutarque développe l’association du chat et de la lune au travers de sa reproduction et de ses yeux.

Le chat est l’emblème de la lune par la variété de ses couleurs, par son activité durant la nuit, et par sa fécondité. On dit qu’à sa première portée il fait un petit, à la seconde deux, puis trois, puis quatre, ensuite cinq, et ainsi en augmentant à chaque portée, jusqu’à sept: ce qui fait en tout vingt-huit, nombre égal à celui des jours de la lune. Au reste, ceci peut bien n’être qu’une fable; mais il paraît certain que les prunelles de ses yeux se remplissent et se dilatent à la pleine lune, et qu’elles se contractent et diminuent au décours de cet astre. La face humaine qu’on donne au chat montre que les changements que la lune éprouve sont dirigés par une faculté raisonnable et intelligente.
(Plutarque, Œuvres morales, Tome V: Traité d’Isis et d’Osiris, chap. 63)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *